Les premiers occupants

Les aborigènes sont les premiers à avoir peuplé le continent australien. Le mot aborigène désigne celui dont les ancêtres ont été les premiers à fouler la terre natale. Ces premiers humains sont certainement venus des îles d'Asie du sud-est, par bateau, et sont certaine-

ment les premières grandes traversées maritimes de l'homme. Certaines de ces traversées ont probablement été accidentelles, mais d'autres, plus tard, bel et bien intentionnelles. Il y a certainement eu plusieurs vagues de voyages compte tenu de la diversité linguistique des aborigènes.

Il est difficile d'affirmer avec précision quand l'homme est arrivé sur le continent australien, cependant certaine datation atteste la présence à 35 000 ans dans le sud du pays. Les spécialistes s'accordent à penser que la présence humaine remonterait à environ 60 000 ans !

Un isolement relatif

Avant l'arrivée des Européens, les aborigènes du nord de l'Australie, et notamment le peuple Yulngu, ont entretenu des relations commerciales régulières avec les indonésiens du port de Macassar. Ces derniers venaient régulièrement collecter le trépang, ou bêche de mer, collectés par les Yulngus, pour en faire commerce avec la Chine. Ces échanges pacifiques ont duré environ 300 à 400 ans et se faisaient contre des outils métalliques, du thé, etc...

 Établissement des britanniques au XVIII

En 1787, l'Angleterre décide d'instaurer en Australie une colonie pénitentiaire pour désengorger les prisons britanniques. Les Eoras assistent à l'arrivée des blancs (en lieu et place de la future Sydney), et gardent leurs distances. Intrigués, les aborigènes pensent que se sont leurs ancêtres revenus sur terre car ils pensent qu'après la mort, leur peau de dépigmente pour devenir blanche. Cependant ils prennent rapidement conscience que ces hommes sont venus pour s'installer sur leur terre ancestral. Ils passent alors d'une logique d'observation curieuse à une logique de résistance et d'affrontement. Dès lors l'expansion des colons ne va cesser de s'étendre sur les meilleures terres. Les aborigènes subissent tout d'abord l'effet des épidémies des maladies du vieux continent, puis l'alcoolisme, les massacres et le confinement en réserves sur les terres les plus pauvres. Au début du XXème siècle, la population aborigène est estimée entre 150 000 et 190 000 individus, contre 710 000 avant l'arrivée des blancs.

 Le temps de la réconciliation

Le 10 décembre 1992, le Premier ministre Paul KEATING prononça l'un des plus importants discours de l'histoire australienne. Il retraça le sort terrible réservé aux Aborigènes depuis l'arrivée des Européens et affirma la nécessité d'une réconciliation : "Nous ne pouvons pas imaginer que les descendants d'un peuple, dont le génie et la résistance ont maintenu une culture ici depuis plus de 50 000 ans, qui survécut à 200 ans de dépossessions et d'abus, se voit nier leur place dans la Nation".

En février, le gouvernement travailliste élu en décembre 2007 et dirigé par Kevin RUDD, a présenté les excuses de la Nation pour la génération volée. Dans les années 1930, les gouvernements avaient mis en place des programmes visant à l'élimination de la race aborigène. Des dizaines de milliers d'enfants furent enlevés à leur famille et placés dans des institutions ou des familles blanches. Le témoignage direct des quelques 13 000 survivants sur les mauvais traitements physiques et sexuels dont ils furent victimes a entraîné des poursuites en justice.

Yirkala...2008. Kevin RUDD en arrière plan

cérémonie aborigene en présence de Rudd