La culture exclusivement orale des aborigènes d'Australie donne une place très importante aux récits et aux chants. Les êtres fondateurs du temps des rêves (dreamtime - Jukurrpa) ont traversé le pays de part en part, durant la période de la création. Le récit de leurs déplacements est chanté lors des cérémonies: Ce sont les pistes chantées.

 

Les pistes chantées retraçent les aventures de ces héros mythiques sur le paysage actuel, temoin de leur passage et où leurs esprits sont toujours présents.  Cependant les itinéraires suivis dépassent largement le simple territoire d'une seule tribu et les pistes chantées traversent toujours plusieurs communautés aborigènes, chacune étant le gardien d'un maillon, d'une pièce d'un gigantesque puzzle à la taille du continent australien. Un récit mythique, qui est souvent un cycle de chants, peut s'étendre sur l'ensemble du continent et se trouve ainsi découpé et partagé entre de multiples groupes aborigènes, souvent avec des langues distinctes. Seul le rassemblement de tous ces éléments forme le récit complet.

Ce concept de pistes chantées explique en partie la forte relation qui existe entre ces peuples et leur terre. La terre ne peut ainsi pas être cédée car elle est, au travers de sa relation totémique avec les divers êtres fondateurs de Temps des Rêves, l'identité même des individus de la communauté. Chaque aborigène, en tant que descendant d'un ancêtre du Temps des Rêves, possède un lien spirituel avec un territoire défini, il en est le gardien. Si cet individu peint, il ne pourra peindre en principe que ce Rêve qu'il a donc hérité de ses ancêtres (hors condition spéciales de transmissions).

Chaque communauté est la gardienne de sa portion d'histoire et se doit d'en transmettre le tracé, ainsi que ses secrets, à la génération suivante.

 

Le continent australien est traversé par de multiples pistes chantées, liant ainsi les différentes communautés entre elles de façon à la fois mystique et géographique.